Venez avec moi goûter le plaisir des mots

» Catégorie : Poème


Sous les rides de mon visage

Commentaires » 0

image

Sous les rides de mon visage,
Se retrouve le reflet de mon âme
Toutes les blessures du dedans
Les rêves déçus de mon cœur d’enfant…

Sous les rides de mon visage,
On retrouve toutes les traces,
De ma vie, de mes peurs, de mes angoisses,
Dans mes draps qui se froissent…

image

image

Sous les rides de mon visage,
C’est mon histoire écrite page à page,
Mes silences et mes combats,
Et l’indifférence à coups de bras…

Sous les rides de mon visage,
Il y a tant d’espoir parti au large
Il y a tant d’amour dans une cage,
Et tous ces rêves un peu volage…

image

image

Sous les rides de mon visage,
Il y a une femme qui perd courage,
Et une autre qui s’accroche à la vie,
Cherchant un espoir pour sa survie…

Sous les rides de mon visage
Il y a les traces de mes naufrages
Que rien au monde ne peut effacer,
C’est toute l’histoire de mon passé…

image

image

Sous les rides de mon visage,
Il y a tant d’amour à chaque page,
C’est le miroir de toute une vie,
Mes joies mes peines à l’infini…

Sous les rides de mon visage,
J’écris les dernières pages,
Le front sillonné de traces
Avant de quitter cette espace…

image

image

Avec mes rides, je ferai mes adieux,
Un jour, on fermera mes yeux,
On brûlera mon corps sans vie
J’aurai fini le parcours de ma vie…

Plus de rides sur le visage,
J’aurai visité les paysages,
Avec l’amour au fond du cœur,
En acceptant toutes mes erreurs.

Page Facebook :  ´´ A L’ Aube de nos Vies ´´

image

image

–Le cancre–

Commentaires » 0

image

Il dit non avec la tête

mais il dit oui avec le cœur

il dit oui à ce qu’il aime

il dit non au professeur 

image

image

il est debout

on le questionne

et tous les problèmes sont posés

soudain le fou rire le prend

et il efface tout les chiffres et les mots

les dates et les noms

les phrases et les pièges

image

image

et malgré les menaces du maître

sous les huées des enfants prodiges

avec les craies de toutes les couleurs

sur le tableau noir du malheur

il dessine le visage du bonheur.

image

Jacques Prevert  

Page : A l’Aube de nos vies 

Demain, des l’aube

Commentaires » 0

image

Demain, des l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt,j’irais par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

image

image

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au-dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

image

image

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx et de bruyère en fleur.

image

image

Victor Hugo

( A L’Aube de nos vies)

image

Je suis comme je suis

Commentaires » 0

image

Je suis comme je suis
Je suis faite comme ça

Quand j’ai envie de rire
Oui je ris aux éclats
J’aime celui qui m’aime
Est-ce ma faute à moi
Si ce n’est pas le même
Que j’aime chaque fois

Je suis comme je suis
Je suis faite comme ça
Que voulez-vous de plus
Que voulez-vous de moi

image

image

Je suis faite pour plaire
Et n’y puis rien changer

Mes talons sont trop hauts
Ma taille trop cambrée
Mes seins beaucoup trop durs
Et mes yeux trop cernés
Et puis après
Qu’est-ce que ça peut vous faire

Je suis comme je suis
Je plais à qui je plais
Qu’est-ce que ça peut vous faire

image

image

Ce qui m’est arrivé
Oui j’ai aimé quelqu’un
Oui quelqu’un m’a aimée
Comme les enfants qui s’aiment
Simplement savent aimer

Aimer aimer…
Pourquoi me questionner
Je suis là pour vous plaire
Et n’y puis rien changer.

image

Jacques Prévert,

Je suis comme je suis

Pour faire le portrait d’un oiseau

Commentaires » 1

image

Peindre d’abord une cage

Avec une porte ouverte

Peindre ensuite quelque chose de joli

Quelque chose de simple , quelque chose de beau

Quelque chose d’utile pour l’oiseau.

image

image

Placer ensuite  la toile contre un arbre

Dans un jardin, dans un bois, ou dans une forêt

Se cacher derrière l’arbre ,sans rien dire, sans bouger …

Parfois l’oiseau arrive vite

Mais il peut aussi bien mettre de longues années

Mettre de longues années avant de se décider.

image

image

Ne pas se décourager, attendre 

Attendre s’il le faut pendant des années

La vitesse où la lenteur de l’arrivée de l’oiseau

N ´ ayant aucun rapport avec la réussite du tableau.

Quand l’oiseau arrive , s’il arrive 

Observer le plus profond silence

image

image

Attendre que l’oiseau entre dans la cage

Et quand il est rentré

Fermer doucement la porte avec le pinceau

Puis effacer un à un tous les barreaux

En ayant soin de ne toucher aucune des plumes de l’oiseau.

Faire ensuite le portrait de l’arbre

En choisissant la plus belle de ses branches pour l’oiseau 

image

image

Peindre aussi le vert feuillage

Et la fraîcheur du vent, la poussière du soleil

Le bruit des bêtes de l’herbe dans la chaleur de l’été 

Puis attendre que l’oiseau se décide à chanter.

Si l’oiseau ne chante pas , c’est mauvais signe 

Signe que le tableau est mauvais

Mais s’il chante c’est bon signe

Signe que vous pouvez signer

Alors vous arrachez tout doucement

Une des plumes de l’oiseau

Et vous écrivez votre nom dans un coin du tableau.

image

Jacques Prevert .

Page Facebook : ´A L’Aube de nos Vies ´´

Où donc est le bonheur ?

Commentaires » 0

image

Où donc est le bonheur ? disais-je. – Infortuné !
Le bonheur, ô mon Dieu, vous me l’avez donné.
Naître, et ne pas savoir que l’enfance éphémère,
Ruisseau de lait qui fuit sans une goutte amère,
Est l’âge du bonheur, et le plus beau moment
Que l’homme, ombre qui passe, ait sous le firmament !

image

image

Plus tard, aimer, – garder dans son coeur de jeune homme
Un nom mystérieux que jamais on ne nomme,
Glisser un mot furtif dans une tendre main,
Aspirer aux douceurs d’un ineffable hymen,
Envier l’eau qui fuit, le nuage qui vole,
Sentir son coeur se fondre au son d’une parole,
Connaître un pas qu’on aime et que jaloux on suit,
Rêver le jour, brûler et se tordre la nuit,

image

image

Pleurer surtout cet âge où sommeillent les âmes,
Toujours souffrir ; parmi tous les regards de femmes,
Tous les buissons d’avril, les feux du ciel vermeil,
Ne chercher qu’un regard, qu’une fleur, qu’un soleil !
Puis effeuiller en hâte et d’une main jalouse
Les boutons d’orangers sur le front de l’épouse ;
Tout sentir, être heureux, et pourtant, insensé !

image

image

Se tourner presque en pleurs vers le malheur passé ;
Voir aux feux de midi, sans espoir qu’il renaisse,
Se faner son printemps, son matin, sa jeunesse,
Perdre l’illusion, l’espérance, et sentir
Qu’on vieillit au fardeau croissant du repentir,
Effacer de son front des taches et des rides ;
S’éprendre d’art, de vers, de voyages arides,
de cieux lointains, de mers où s’égarent nos pas ;

Redemander cet âge où l’on ne dormait pas ;
Se dire qu’on était bien malheureux, bien triste,
Bien fou, que maintenant on respire, on existe,
Et, plus vieux de dix ans, s’enfermer tout un jour
Pour relire avec pleurs quelques lettres d’amour !

image

image

Vieillir enfin, vieillir ! comme des fleurs fanées
Voir blanchir nos cheveux et tomber nos années,
Rappeler notre enfance et nos beaux jours flétris,
Boire le reste amer de ces parfums aigris,
Etre sage, et railler l’amant et le poète,
Et, lorsque nous touchons à la tombe muette,
Suivre en les rappelant d’un oeil mouillé de pleurs
Nos enfants qui déjà sont tournés vers les leurs !

image

image

Ainsi l’homme, ô mon Dieu ! marche toujours plus sombre
Du berceau qui rayonne au sépulcre plein d’ombre.
C’est donc avoir vécu ! c’est donc avoir été !
Dans la joie et l’amour et la félicité
C’est avoir eu sa part ! et se plaindre est folie.

image

image

Voilà de quel nectar la coupe est remplie !
Hélas ! naître pour vivre en désirant la mort !
Grandir en regrettant l’enfance où le coeur dort,
Vieillir en regrettant la jeunesse ravie,
Mourir en regrettant la vieillesse et la vie !
Où donc est le bonheur, disais-je ? – Infortuné !
Le bonheur, ô mon Dieu, vous me l’avez donné !

Victor Hugo, Les Feuilles d’Automne, XVIII

#POESIE lilasdalhia1

Prends et donne

Commentaires » 0

image

Prends ton sourire

Et donne-le

à celui qui n’en a jamais eu.

Prends un rayon de soleil

Et fais-lui percer les ténèbres.

Découvre une source

Et purifie celui qui est dans la boue.

image

image

Prends une larme

Et dépose-là sur le visage 

De celui qui ne sait pas pleurer.

Prends le Courage

Et mets-le au coeur

de celui qui ne peut plus lutter

image

image

Découvre un sens à la Vie

Et partage-le

avec celui qui ne sait plus où il va

Prends dans tes mains l’Espérance

Et vis dans la lumière de ses rayons

image

image

Prends la Bonté

Et donne-la

à celui qui ne sait pas donner

Découvre l’Amour

Et fais-le connaître à tous.

❤️❣❣❣❣❣❣❣❣❣❤️

–Poème de Gandhi–

Facebook : ´´ A L’Aube de nos Vies ´´

image