Venez avec moi goûter le plaisir des mots

» Catégorie : chansons


Combien de temps

Commentaires » 0

image

Combien de temps
Combien de temps encore
Des années, des jours, des heures,
combien ?
Quand j’y pense, mon cœur bat si fort…
Mon pays c’est la vie
Combien de temps…
Combien ?

image

image

Je l’aime tant, le temps qui reste…
Je veux rire, courir, pleurer, parler,
Et voir, et croire
Et boire,danser,
Crier, manger, nager, bondir, désobéir
J’ai pas fini, j’ai pas fini
Voler, chanter, partir, repartir
Souffrir, aimer
Je l’aime tant le temps qui reste

image

image

Je ne sais plus où je suis né, ni quand
Je sais qu’il n’y a pas longtemps
Et que mon pays, c’est la vie
Je sais aussi que mon père disait :
Le temps c’est comme ton pain…
Garde-en pour demain…

image

image

J’ai encore du pain
Encore du temps, mais combien ?
Je veux jouer encore…
Je veux rire des montagnes de rires,
Je veux pleurer des torrents de larmes,
Je veux boire des bateaux entier de vin
De Bordeaux et d’Italie
Et danser, crier, voler, nager dans tous les océans
J’ai pas fini, j’ai pas fini
Je veux chanter
Je veux parler jusqu’à la fin de ma voix…
Je l’aime tant le temps qui reste…

image

image

Combien de temps…
Combien de temps encore ?
Des années, des jours, des heures, combien ?
Je veux des histoires, des voyages…
J’ai tant de gens à voir, tant d’images…
Des enfants, des femmes, des grands hommes,
Des petits hommes, des marrants, des tristes,
Des très intelligents et des cons,
C’est drôle, les cons ça repose,
C’est comme le feuillage au milieu des roses…

image

image

Combien de temps …
Combien de temps encore ?
Des années, des jours, des heures, combien ?
Je m’en fous mon amour…
Quand l’orchestre s’arrêtera, je danserai encore…
Quand les avions ne voleront plus, je volerai tout seul…
Quand le temps s’arrêtera…
Je t’aimerai encore
Je ne sais pas où, je ne sais pas comment..
Mais je t’aimerai encore…
D’accord ?

image

Serge Regianni

Je vous salue Marie

Commentaires » 0

image

Par le petit garçon qui meurt près de sa mère 

Tandis que les enfants s’amusent au parterre

Et par l’oiseau blessé

Qui ne sait pas comment son aile 

tout à coup s’ensanglante  et  descend

Par la faim et la soif et le délire ardent

image

image

Je vous salue Marie.

Par les gosses battus  par l’ivrogne qui rentre

Par l’âne qui reçoit des coups de pieds au ventre 

Et par humiliation de l’innocent châtie 

Par la vierge vendue qu’on a déshabillée 

Par le fils dont la mère a été insultée :

image

image

Je vous salue, Marie.

Par la vieille qui, trébuchant sous trop de poids :

S’écrit : « Mon Dieu ! »

Par le malheureux dont les bras

Ne purent s’appuyer sur une amour humaine 

Comme la Croix du Christ sur Simon dr Cyrenne

Par le cheval tombé sous le chariot qu’il traine

image

image

Je vous salue, Marie.

Par les quatre horizons  qui crucifient le Monde 

Par tous ceux dont la chair est déchiré et succombe

Par ceux qui sont sans pieds, Par ceux qui sont sans mains

Par le malade que l’on opère et qui geint

Et par le juste mis au rang des assassins :

image

image

Je vous salue Marie

Par la mère apprenant que son fils est guéri,

Par l’oiseau rappelant l’oiseau tombé du  nid

Par l’herbe qui a soif ,

Par le baiser perdu , par l’amour redonne,

 Et par le mendiant  retrouvant sa  monnaie 

image

image

Je vous salue Marie

Par l’âne et par le bœuf, dans l’ombre de la paille

Par la pauvresse à qui l’on dit qu’elle s’en aille

                                  Par les nativités qui n’auront sur leurs tombes

Que des bouquets de givre au sel de colombes

Par la vertu qui lui est celle qui succombe

Je vous salue Marie.

image

Georges Brassens

page ´´A L’aube de nos vies ´´

Rêver un impossible rêve

Commentaires » 0

image

Rêver un impossible rêve
Porter le chagrin des départs
Brûler d’une possible fièvre
Partir ou personne ne part
Aimer jusqu’à la déchirure
Aimer, même trop, même mal,
Tenter, sans forcer sans armure
D’atteindre l’inaccessible étoile 

image

image

Telle est ma quête,
Suivre l’Étoile
Peu m’importe mes chances
Peu m’importe le temps
Ou ma désespérance
Et puis lutter toujours
Sans questions ni repos

image

image

Se damner
Pour l’or d’un mot d’amour
Je ne sais si je serai ce héros
Mais mon coeur serait tranquille
Et les villes s’éclabousseraient de bleu
Parce qu’un malheureux

Brûle encore, bien qu’ayant tout brûlé
Brûlant encore, même trop, même mal
Pour atteindre à s’en écarteler
Pour atteindre l’inaccessible étoile.

❤️❣Jacques Brel  

Page A L’Aube de nos Vies 

image

Un peu d’Amour et d’ Amitié

Commentaires » 0

image

Toi qui est seul et qui réclame
un peu d’amour et d’amitié
un peu de chaleur pour ton âme.
Pour toi tout seul je veux chanter.

Le transistor sera complice
d’un secret entre toi et moi
et sur les ondes je me glisse
pour t’apporter un peu de joie.

image

image

Toi dans ton bateau sur la mer
toi dans ton village lointain
t’as un problème insurmontable ?
tiens, pose de là, sur la table.

Laisse passer, laisse passer
et le temps et le temps et le temps

et le temps et le temps
te le réglera
okay, okay… bien

image

image

Je ne veux pas que tu regrettes
les soleils que tu as ratés
je te promets des soirs de fête
ah, mais ceux-là, faut pas les louper.

Et toi ta chambre c’est comme une île
où tu as dû souvent pleurer
autour de toi il y a la ville
prends ton manteau, on va trinquer

image

image

Trinquer au marin sur la mer
aux gars du village lointain
à tous leurs problèmes insurmontables
tiens,posés les là, sur la table.

Laisse crever, laisse crever
et le temps et le temps et le temps

et le temps et le temps nous les réglera
okay, okay…. bien.

Gilbert Becault 

image

Qui ose dire

Commentaires » 0

image

Qui ose dire qu’il peut m’apprendre les sentiments
Où me montrer ce qu’il faut faire pour être grand
Qui peut changer ce que je porte dans mon sang
Qui a le droit de m’interdire d’être vivant
De quel côté se trouvent les bons ou les méchants
Leur évangiles ont fait de moi un non-croyant.

image

image

La vie ne m’apprend rien
Je voulais juste un peu parler, choisir un train
La vie ne m’apprend rien
J’aimerais tellement m’accrocher, prendre un chemin
Prendre un chemin

Mais je n’peux pas, je n’sais pas
Et je reste planté là
Les lois ne font plus les hommes
Mais quelques hommes font la loi
Et j’peux peut pas, je n’sais pas,
Et je reste planté là

image

image

À ceux qui croient que mon argent endort ma tête
Je dis qu’il ne suffit pas d’être pauvre pour être honnête
Il croient peut-être que la liberté s’achète
Que reste-t-il des idéaux sous la mitraille
Quand les prêcheurs sont à l’abri de la bataille
La vie des morts n’est plus sauvée par des médailles

La vie ne m’apprend rien
Je voulais juste un peu parler, choisir un train
La vie ne m’apprend rien
J’aimerais tellement m’accrocher, prendre un chemin
Prendre un chemin

image

image

Mais je n’peux pas, je n’sais pas
Et je reste planté là
Les lois ne font plus les hommes,
Mais quelques hommes font la loi
Et je n’peux pas, je n’sais pas
Et je reste planté là

Je n’peux pas, je n’sais pas
Et je reste planté là
Les lois ne font plus les hommes
Mais quelques hommes font la loi
Et je n’peux pas, je n’sais pas
Et je reste planté là

La vie ne m’apprend rien.

image

image

❣ Daniel Balavoine  

Page:A L’Aube de nos Vies 

Que serais-je sans toi ?

Commentaires » 0

 

image

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu’un coeur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement

J’ai tout appris de toi sur les choses humaines
Et j’ai vu désormais le monde a ta façon
J’ai tout appris de toi comme on boit aux fontaines
Comme on lit dans le ciel les étoiles lointaines
Comme au passant qui chante on reprend sa chanson
J’ai tout appris de toi jusqu’au sens du frisson

image

image

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu’un cœur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement

J’ai tout appris de toi pour ce qui me concerne
Il fait jour à midi qu’un ciel peut être bleu
Que le bonheur n’est pas un quinquet de taverne
Tu m’as pris par la main dans cet enfer moderne
Ou l’homme ne sait plus ce que c’est d’être deux
Tu m’as pris par la main comme un amant heureux

image

image

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu’un cœur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement

Qui parle de bonheur à souvent les yeux tristes
N’est-ce pas un sanglot de la déconvenue
Une corde brisée aux doigts du guitariste
Et pourtant je vous dis que le bonheur existe
Ailleurs que dans le rêve ailleurs que dans les rues
Terre terre voici ses rades inconnues

image

Que serais-je sans toi qui vins ma rencontre
Que serais-je sans toi qu’un cœur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement .

❤️❣ Jean Ferrat

Page :A L’ Aube de nos vies 

Ah, tu verra, tu verra

Commentaires » 1

image

Ah, tu verra ,tu verra
Tout recommencera, tu verra, tu verra
L’amour c’est fait pour ça, tu verra, tu verra
Je ferai plus le con, j’apprendrai ma leçon
Sur le bout de tes doigts,

tu verra, tu verra
Tu l’aura, ta maison avec des tuiles bleues
Des croisées d’hortensias, des palmiers plein les cieux
Des hivers crépitants, près du chat angora
Et je m’endormirai, tu verra, tu verra
Le devoir accompli, couché tout contre toi
Avec dans mes greniers, mes caves et mes toits
Tous les rêves du monde

image

image

Ah, tu verra, tu verra
Tout recommencera, tu verra, tu verra
La vie, c’est fait pour ça, tu verra, tu verra
Tu verra mon stylo emplumé de soleil
Neiger sur le papier l’archange du réveil
Je me réveillerai,

tu verra, tu verra
Tout rayé de soleil,ah! le joli forçat!
Et j’irai réveiller le bonheur dans ses draps
Je crèv r’ai ton sommeil, tu verra, tu verra
Je crèv’rai le sommier, tu verra, tu verra
En t’inventant l’amour dans le cœur de nos bras
Jusqu’au matin du monde

image

image

Ah, tu verra, tu verra
Tout recommencera, tu verra, tu verra
Le diable est fait pour ça, tu verra,  tu verra
Je ferai le voyou, tu verra ,tu verra
Je boirai comme un trou et qui vivra mourra
Tu me ramassera dans tes yeux de rosée
Et je t’insulterai dans du verre brisé
Je ferai le  fou furieux,

tu verra,tu verra
Contre toi, contre tous, et surtout contre moi
La porte de mon cœur grondera, sautera
Car la poudre et la foudre, c ´est fait pour que les rats
Envahissent le monde

image

image

Ah, tu verra,tu verra
Tout recommencera, tu verra, tu verra
Mozart est fait pour ça, tu verra, entendra ,
Tu verra notre enfant étoilé de sueur
S’endormir gentiment à l’ombre de ses sœurs
Et revenir vers nous scintillant de vigueur

Tu verra mon ami dans les os de mes bras
Craquer du fin bonheur de se sentir aime
Tu me verra, chérie, allumer des clartés
Et tu verra tous ceux qu’on croyait décédés
Reprendre souffle et vie dans la chair de ma voix
Jusqu’à la fin des mondes.

Ah! Tu verra, tu verra..

image

.  Claude Nougaro .

Page ´´A L’Aube de nos vies ´´

Aimons nous Vivants

Commentaires » 1

 

image

Comme une envie de dire:«je t’aime.»
Quand on est au bout de soi-même
Quand il n’y a plus aucune raison de le cacher
Comme une envie de rêver tout haut
Te dire enfin les mots qu’ils faut
Les mots faciles qui ont le pouvoir de déranger.

Et ce soir
Je veux briser les ponts
Du silence
Franchir le mur du son, le temps d’une chanson.

Aimons-nous vivants
N’attendons pas que la mort nous trouve du talent
Aimons nous vivants
S’il faut danser, je veux danser maintenant
Aimons nous vivants

image

image

Aimons nous debout
Faisons la paix, faisons l’amour entre nous
Aimons nous surtout
Pour ne plus jamais, jamais vivre à genoux
Aimons nous vivants

Combien de larmes et de sourires
De mots qu’on a pas osé dire ?
Dieu que le silence est une arme qui fait souffrir
Combien d’amour inavouées ?
Combien de passions condamnées
Au nom de ceux qui ne pourront jamais en mourir?

Mais ce soir
On va se dépasser
Faire la fête
Au nom de l’amitié simplement pour chanter

image

image

Aimons-nous vivants
N’attendons pas que la mort nous trouve du talent
Aimons-nous vivants
S’il faut danser, je veux danser maintenant
Aimons-nous vivants

C’est vrai, on ne peut pas changer le monde
Je sais, mais c’est bon d’y croire une seconde
Aimons-nous vivants
Vivants
Maintenant

image

Aimons-nous debout
Faisons la paix, faisons l’amour entre-nous
Aimons-nous surtout
Pour ne plus jamais, jamais vivre à genoux
Aimons-nous vivants

François Valéry

 Page A l’Aube de nos vies 

image

L’embellie

Commentaires » 0

 

image

Écrit quelque chose de joli
Des vers peut-être ou de la prose
Un instant de rêve et de pause
Dans le tumulte de la vie
Écris quelque chose de joli
Quelques mots de bleu et de rose
Un moment de métamorphose
Que tu nommerais l’embellie.

L’embellie, l’embellie(x2)

image

image

Verse un peu de joie dans nos coeurs
Avec des riens qui vous délivrent
Un peu d’espoir et de douceur
On a en tant besoin pour vivre.

Écrit quelque chose de joli
L’odeur des lilas et des roses
Chante-nous la beauté des choses
Dans les yeux de l’homme ébloui
Écris quelque chose de joli
L’aube entre nos bras qui repose
La seconde où lèvres mi-closes
Le plaisir vient comme la pluie

L’embellie, l’embellie (x2)

image

image

Ces mots à peine murmurés
Dans la tendresse qu’on devine
Baigné de musique angevine
Le temps sur nous s’est refermée.

Je l’aurais voulu si joli
Ce poème en bleu et en rose
Cet instant de rêve et de pause
Dans le tumulte de la vie
Je l’aurais voulu si joli
 Notre amour en qui tout repose
Et que nul ne puisse ni n’ose
Douter que tu es dans ma vie

L’embellie, l’embellie (x2)

image

image

❣ Jean Ferrât

Page : A L’Aube de nos vies 

Comme un ptit coquelicot

Commentaires » 0

image

Le myosotis, et puis la rose,
Ce sont des fleurs qui m’ dis’nt quéqu’chose !
Mais pour aimer les coqu’licots
Et n’aimer qu’ça… Faut être idiot !
T’as p’t-êtr’ raison ! Seul’ment voilà :
Quand j’t'aurai dit, tu comprendras !
La premièr’fois que je l’ai vu,
Elle dormait à moitié nue
Dans la lumière de l’été
Au beau milieu d’un champ de blé.
Et sous le corsag’blanc
Là où battait son cœur.
Le soleil, gentiment
Faisait vivre une fleur :
Comme un p’tit coqu’licot mon âme !
Comme un petit coqu’licot.

image

image

C’est très curieux comm’ tes yeux brillent
En te rapp’lant la jolie fille!
Ils brill’nt si fort qu’c'est un peu trop
Pour expliquer…. les coqu’licots.
T’as p’t'êtr’ raison! seul ‘ment voilà
Quand je l’ai prise dans mes bras
Elle m’a donné son beau sourire,
Et puis après, sans rien nous dire.
Dans la lumière de l’été
On s’est aimé !… On s’est aimé !
Et j’ai tant appuyé
Mes lèvres sur son cœur,
Qu’a la place du baiser
Y avait comm’ une fleur :
Comme un p’tit coqu’licot mon âme !
Comme un p’tit coqu’licot

image

image

Ça n’est rien d’autr’ qu’un’ aventure
Ta p’tit’ histoire, et je te jure
Qu’ell’ ne mérit’ pas un sanglot
Ni cett’ passion… des coqu’licots!
Attend la fin ! Tu comprendras :
Un autr’ l’aimait qu’ell’ n’aimait pas !
Et le lend’main, quand je l’ai revue.
Elle dormait, à moitié nue
Dans la lumière de l’été
Au beau milieu du champ de blé
Mais, sur le corsag’ blanc,
Juste à la plac’ du cœur,
Y avait trois goutt’s de sang
Qui faisaient comme une fleur :
Comm’un p’tit coqu’licot, mon âme
Un tout p’tit coqu’licot.  

image

Mouloudji

1234