Venez avec moi goûter le plaisir des mots

–Nul ne guérit de son enfance–

image

Sans que je puisse m’en défaire
Le temps met ses jambes à mon cou
Le temps qui part en marche arrière
Me fait sauter sur ses genoux
Mes parents l’été les vacances
Mes frères et sœurs faisant les fous
J’ai dans la bouche l’innocence
Des confitures du mois d’août

image

image

Nul ne guérit de son enfance

Les napperons et les ombrelles
Qu’on ouvrait à l’heure du thé
Pour rafraîchir les demoiselles
Et moi le nez dans leurs dentelles
Je respirais à contre-jour
Dans le parfum des mirabelles
L’odeur troublante de l’amour

image

image

Nul ne guérit de son enfance

Le vent violent de l’histoire
Aller disperser à vau-l’eau
Notre jeunesse dérisoire
Changer nos rires en sanglots
Amour orange amour amer
Image d’un père évanouie
Qui disparu avec la guerre
Renaît d’une force inouïe

image

image

Nul ne guérit de son enfance

Celui qui vient à disparaître
Pourquoi l’a-t-on quitté des yeux
On fait un signe à la fenêtre
Sans savoir que c’est un adieu
Chacun de nous à son histoire
Et dans notre cœur à l’affût
Le va-et-vient de la mémoire
Ouvre et déchire ce qu’il fut

image

image

Nul ne guérit de son enfance

Belle cruelle et tendre enfance
Aujourd’hui c’est à tes genoux
Que j’ai retrouvé l’innocence
Au fil du temps qui se dénoue
Ouvre tes bras ouvre ton âme
Que j’en savoure en toi le goût
Mon amour frais mon amour femme
Le bonheur d’être et le temps fou.

Pour me guérir de mon enfance.

❤️❣❣❣❣❣❣❣❤️

–Jean Ferrat–

Facebook : ´´A L’aube de nos vies ´´

5 mai, 2016 à 19 h 05 min


Un commentaire pour “–Nul ne guérit de son enfance–”


  1. 010446g écrit:

    sublime texte, délicatement illustré.
    MERCI!

    Dernière publication sur le radeau du radotage : L'enfant revenant (4) Théâtre Alphonse et cie

    Répondre


Laisser un commentaire